Anadidact

Le concept

Tout professeur d’instrument connaît bien les cahiers qu’il a l’habitude d’utiliser. Il les a choisis en connaissance de cause…

mais...

il est souvent difficile de trouver une méthode adaptée aux besoins spécifiques d’un élève particulier, à un moment précis de son développement. Les catalogues des éditeurs ne dévoilent que l’image de la page titre, avec quelques indications : nombre de pages, prix du cahier, langue tout au plus. Ces catalogues ne disent rien sur les contenus et leur manière de progresser. Si le professeur se rend dans un magasin ou dans une bibliothèque, il a la possibilité de feuilleter les quelques méthodes qui se trouvent dans les rayons, mais n’obtiendra aucun renseignement sur les contenus de celles qui ne s’y trouvent pas. L’Internet, quant à lui, propose la version informatique des catalogues d’éditeurs ainsi que quelques sites qui vont plus loin, mais qui sont très personnels, peu objectifs, ne concernent qu’un tout petit nombre de méthodes et ne sont pas comparables entre eux.

AnaDidact

est un concept d’analyse et de représentation des contenus et de la progression de méthodes instrumentales.

AnaDidact

propose un catalogue très complet d’ouvrages d’enseignement, ainsi qu’une classification de ces derniers, selon des critères pertinents et, surtout, l’analyse détaillée ainsi que la représentation graphique des contenus et de la progression de chacun d’eux.

AnaDidact

offre une visualisation immédiate du profil d’une méthode qui facilite le choix du professeur confronté à la particularité d’un élève.

AnaDidact

se limite pour l‘instant à la trompette. Il est prévu qu’il s’étende vers d’autres instruments.

AnaDidact

est l’aboutissement d’un projet de recherche appliquée, réalisé à la Haute Ecole de Musique de Lausanne, sous la direction de Robert Ischer, professeur de trompette et de didactique au sein de cette même institution. Pour l'établissement du catalogue de base, de la typologie des ouvrages et de la définition des critères de difficulté et de leurs niveaux, il a conduit les réflexions d'une commission composée de: André Besançon, Pascal Favre et Olivier Theurillat. Des étudiants de l'HEMU ont procédé à la plupart des analyses.